Dirigeants d’entreprise, soyez agiles, y compris dans vos recrutements !

L’agilité est devenue un avantage compétitif, y compris pour les recrutements, et pour cause :

Si je vous dis « start-up », alors naturellement vous associerez les termes de flexibilité, rapidité d’exécution face au changement, agilité organisationnelle, innovation ou encore esprit d’entreprise…

Faisons un exercice et tentons d’associer ces termes à un conglomérat industriel mondial composé de plus de 350 000 salariés répartis dans plus de 140 pays, alors ?

Ça devient nettement plus intrigant !

C’est pourtant vers cette direction que s’est engagé General Electric depuis 3 ans à travers la mise en œuvre de FastWorks. Ce programme s’appuie sur des outils et des comportements inspirés des start-up pour améliorer les capacités de réaction face aux demandes clients et intégrer les retours d’expériences dans l’exécution des projets futurs.

N’hésitez pas à aller voir de plus près, c’est fascinant !

Si je vous parle de ce programme, c’est parce qu’il est révélateur des changements profonds que connaissent les entreprises, et que j’ai pu noter auprès des dirigeants que je côtoie. A travers la mise en œuvre de FastWorks, GE a souhaité introduire davantage d’agilité pour être en mesure de répondre favorablement aux évolutions de l’environnement (marché, règlementation, concurrence…).

Cette agilité concerne tous les aspects de la gestion d’entreprise, y compris dans les recrutements. Face aux évolutions rapides de nos métiers (technologie, réglementation…), les dirigeants recherchent avant tout des collaborateurs dotés d’une forte capacité d’adaptation.

Autrement dit, ce qui semble être de plus en plus prioritaire, ce n’est pas l’expertise technique – par ailleurs impossible à cerner tellement les évolutions technologiques sont rapides et impossible à prédire – mais plutôt certaines compétences personnelles et de savoir être.

C’est une tendance lourde qui se dessine. Dans son rapport Tech Vision 2016, Accenture montre que les dirigeants d’entreprise ont clairement fondé leurs recrutements sur un certain nombre de qualités telles la capacité à apprendre rapidement, à exercer plusieurs tâches à la fois ou encore la réaction positive face au changement.

La maîtrise d’une expertise technique devient secondaire puisque désuète rapidement. Les dirigeants préfèrent recruter des collaborateurs agiles et les accompagnent dans leur développement en investissant dans l’acquisition de l’expertise technique grâce à la formation continue.

C’est le cas de grandes entreprises telles EY, Deloitte ou encore PWC qui accordent de moins en moins d’importance au diplôme et préfèrent diversifier leurs recrutements en accordant davantage de poids à l’expérience ainsi qu’au savoir être.

Ce que je recherche de plus en plus lors de mes entretiens de recrutement, c’est la capacité des candidats à se remettre en question, à douter, à trouver les solutions en eux même face aux situations nouvelles dans leur vie privée ou professionnelle.

J’ai remarqué que les recrutements les mieux réussis concernent les candidats dotés de cette agilité.